Ce que disent leurs mains : Rachilde

Article paru dans L’Intransigeant du 29 septembre 1925 :

CE QUE DISENT LEURS MAINS

RACHILDE

Mme Rachilde est une lunarienne pure, voire une lunarienne exagérée, avec tout ce que la lunarienne comporte d’imagination riche, fastueuse, exubérante et même — avouons-le — imagination un peu vicieuse, ainsi que l’indique le caractéristique point rouge qu’elle porte sur le mont de Lune.
Cependant, si l’on en juge par le pouce indiquant une volonté harmonieuse et logique, encore que passionnelle et quelquefois obstinée, la ligne de tête droite et les doigts aux tendances carrées, intellectuellement Mme Rachilde est faite toute de loyauté, de principes sévères et d’équilibre parfait.
De cette contradiction entre entre une imagination vicieuse et un bon sens bourgeois résulte une lutte continuelle qui se résout, d’une part dans l’écrivain d’envols et d’images que nous connaissons et, d’autre part, dans la femme irréprochable et exquise que ses intimes apprécient.
Un autre trait dominant de cette main est l’esprit d’indépendance qui doit se manifester à tout prix, toujours, malgré et contre tous et qui brise tous les obstacles avec la violence effrénée d’un pur sang emporté. (On note sur l’empreinte l’écartement démesuré des doigts qui est typique de l’indépendance absolue.)
Ajoutons à cela une grande bonté révélée par la ligne de cœur branchue, des enthousiasmes sans cesse renouvelés, une activité cérébrale intense, une conception très masculine dans maint domaine, un grand amour de la lecture (et ceci est très rare dans les mains des gens de lettres), un besoin de solitude et de contemplation, une prédilection pour l’instinct et la ligne directe plutôt que pour les détours et les erreurs de l’intelligence, et c’est là tout Rachilde.

Maryse Choisy